C’est quoi une bonne photo ?

C’est une question que tout photographe s’est posé au moins une fois. C’est quoi une bonne photo ?

Gardez en tête que le fait qu’une photo plaise ou non est de toute façon subjectif. Mais bon, il se trouve que j’ai un esprit scientifique et la fâcheuse tendance à tout rationaliser, donc j’ai créé une liste de 3 critères relativement objectifs pour vous aider à décider si une photo est bonne ou non.

L’avis des gens importe peu

Avant de vous parler de ces 3 critères, réfléchissons un peu à l’envers. Qu’est ce qui ne permet pas de dire qu’une photo est bonne ? On a souvent tendance à considérer qu’une photo est bonne si :

  1. Cette photo nous plait
  2. Cette photo plaît à un public

Pour moi, ces critères ne sont pas suffisants. L’avis du photographe lui même, bien qu’il soit important, n’est déjà pas suffisant. On ne peut pas être objectif sur son propre travail. Ca ne veut pas dire qu’on ne peut pas essayer de le juger le plus objectivement possible, ça veut simplement dire qu’on en est trop proche, on a trop le nez dans le guidon pour voir ce que quelqu’un d’autre va voir. Prendre du recul est essentiel pour avoir une certaine objectivité, et pour ça le mieux c’est de soumettre une photo au jugement d’un public.

Mais attention, l’avis d’un public n’est pas non plus un gage de qualité. On voit très souvent des photos de coucher de soleil sans âme remporter un grand succès sur les réseaux sociaux juste parce que les couleurs sont jolies ! 😉 L’avis d’un public éduqué à la photo, d’autres photographes par exemple, est déjà un peu plus intéréssant, mais toujours à prendre avec des pincettes parce que tenir trop compte de l’avis d’un groupe a tendance à niveler la créativité et à pousser toutes les photos à se ressembler…

Si votre travail plait, je vous rassure c’est tout de même une bonne nouvelle, je ne crois pas au mythe de l’artiste maudit qui doit mourir dans le plus total anonymat. Cela reste un indicateur intéressant, mais je pense que ce n’est pas un indicateur assez complet pour en conclure quoi que ce soit.

Bref, tenir compte de l’avis de soi-même ou d’autres est une manière pour moi trop aléatoire de juger son travail photographique. Ce qui m’intéresse dans cette vidéo, c’est d’essayer de trouver des critères « objectifs » pour juger de l’intérêt d’une photo. Je sais que l’objectivité n’a pas vraiment sa place dans le débat, car tant qu’on parle d’art on reste dans le subjectif, mais je pourrais plutôt parler de critères universels.

Les critères universels

Selon moi, les critères qui déterminent si une bonne photo est bonne sont : 

  1. Si une photo est esthétique, bien composée, bien équilibrée
  2. Si une photo raconte une histoire
  3. Si une photo provoque des émotions

Pour qu’une photo soit vraiment bonne selon mon opinion, il faut qu’elle remplisse un certain nombre de ces critères. Je pense qu’une photo qui valide un critère est plutôt bonne, à deux critères elle est bonne, et si elle valide les trois critères, elle est très bonne.

Si on revient à ce qu’il faut penser de l’avis des gens, il peut être intéressant de la prendre en compte s’il est argumenté et tourne autour de ces trois critères : Émotion, Histoire, Esthétique. Cela revient à ce que je vous disais plus haut, les avis ne sont intéressants que si ce sont des avis éclairés, et que la personne qui donne son avis prend le temps de creuser un peu sa réflexion et d’argumenter ses remarques.

Mais parlons un peu plus de ces fameux critères.

1. Esthétisme

L’esthétisme a bien sûr une place importante dans la photographie, c’est un média visuel, et la finalité de toute photo est pour moi de finir imprimée, que ce soit dans un album de famille, un magazine ou le mur d’une galerie.

La photo a vraiment vocation à montrer le beau, même s’il faut dissocier montrer le beau de montrer des choses qui sont belles. S’il est entre guillemets « facile » de faire une belle photo d’un beau sujet (un joli paysage ou un beau modèle), on peut également faire une belle photo d’un sujet inintéressant, voire moche. Les exemples sont légions, de photographes qui savent saisir le beau dans l’ordinaire, voire même de photographes qui savent photographier la misère pour en tirer des clichés superbes – comme ça a par exemple été beaucoup reproché à Salgado. Perso j’adore son travail et je trouve qu’on peut faire du beau à partir de n’importe quoi, mais c’est un autre débat, ne nous dispersons pas trop !

Sebastião Salgado

2. Histoire

Quantifier l’histoire que raconte une photo est très compliqué. Deux portraits de la même personne pris au même moment peuvent raconter des histoires différentes, à cause de détails qui peuvent paraître minimes. L’intensité d’un regard, la position des mains, etc. Même chose pour la composition : la disposition dans le cadre des éléments les uns par rapport aux autres peuvent aussi changer l’histoire de la photo.

L’interprétation précise de l’histoire que raconte une photo va être personnelle, mais certaines photos sont plus à même de raconter une histoire que d’autres. La lumière, la composition, les détails, tous les éléments entrent en compte et c’est vraiment  compliqué de mettre des mots dessus. Certaines photos parlent, d’autres non.

Il existe un cas particulier, celui des séries. Certaines photos n’ont pas d’intérêt en elle-mêmes, mais prennent un intérêt dans le cadre d’une série et apporte un plus à l’histoire racontée par la série. Dans une catégorie un poil moins artistique, les photos des détails pendant un mariage remplissent ce rôle. En elles-mêmes, ces photos ne racontent rien, mais disposées au coeur du reportage, voire encore mieux dans un album, elles apportent du contexte et aident à raconter l’histoire de la journée.

3. Émotion

L’émotion, pour finir, c’est évidemment le critère le plus subjectif. Les émotions que vont ressentir chacun sont étroitement liées à l’histoire personnelle, la culture, les préocupations du moment. Un jeune papa va forcément être plus attendri par une photo de bébé qu’un ado de 15 ans qui s’en fout royalement !

Il y a des émotions relativement universelles, ou qui sont en tout cas partagées par de grands groupes de personnes. Des images de la seconde guerre mondiale vont beaucoup plus faire ressentir d’émotion à des francais (on a tous un père ou un grand-père concerné) qu’à des chiliens, vu que ca fait partie de notre histoire, alors que pour eux, c’est rien de plus qu’un récit dans un livre d’histoire. Pour trouver des émotions qui parlent encore plus largement, il faut tabler sur des choses universelles, comme la vie ou la mort.

La fillette et le vautour, de Kevin Carter

Je parle souvent de cette image, parce qu’elle est vraiment très forte. Si cette photo a parlé au monde entier, ce n’est pas parce que tout le monde s’identifie au fait de vivre en Afrique, mais bien parce que tout le monde peut comprendre et ressentir ce grand écart émotionnel entre la fragilité de l’enfance et la souffrance absolue que montre cette photo.

Sur les émotions que font ressentir certaines photos, il n’y a pas tant à dire parce que c’est trop personnel. Si je devais vous donner un conseil tout de même, c’est qu’un bon moyen de faire passer des émotions est de montrer des gens qui ressentent ces émotions. Exemple, rien de mieux qu’une personne qui rit pour montrer et faire ressentir de la joie. Et oui, en fait c’est parfois simple la photo ! 😉

Utiliser les critères pour progresser

A la lumière de cette analyse, ce que je vous propose pour commencer, c’est de vous concentrer sur un critère en fonction de vos points forts et de le bosser vraiment à fond. Il faut savoir qu’une photo purement esthétique doit être absolument parfaite techniquement, alors qu’une photo qui raconte une émotion et une histoire peut être très imparfaite et pour autant rester une bonne photo.

L’exécution de Saïgon, d’Eddie Adams.
Une photo légèrement floue mais pourtant très forte.

Exemple: l’exécution de Saïgon. Si vous êtes très bon techniquement, vous pouvez vous appuyer là dessus pour sortir des photos très propres, très esthétiques. A l’inverse, si vous n’avez pas la méticulosité nécessaire, vous pouvez vous concentrer sur l’histoire que raconte vos photos. Personnellement c’est ce que j’essaye de faire, même si ce n’est pas facile…

Ensuite, vous pourrez tenter d’introduire un peu du second critère. Et bien sûr, en progressant, le but va être de rassembler ces trois critères dans une même photo. Mais là… c’est la marque des maitres ! Honnêtement, produire une photo qui soit à la fois très esthétique, qui raconte une histoire forte et qui bouleverse, ce n’est pas donné à tout le monde. Je n’en ai pas vu beaucoup dans ma vie des images comme ça, et ce qui est sûr c’est que je n’en ai jamais produites 😉 Mais je ne désespère pas, car je n’ai pas fini d’apprendre, loin de là !

J’espère que cette réflexion photo vous aura plue. Vous n’êtes sans doute pas d’accord avec moi, et ce n’est pas grave, mais votre avis sur la question m’intéresse vraiment donc si vous avez une remarque, j’attends vos commentaires avec plaisir. Peut-être qu’il n’est tout simplement pas possible de répondre à une question aussi compliquée que “Qu’est ce qu’une bonne photo ?” en utilisant une méthode trop logique, avec des critères biens définis. Mais j’ai eu envie d’essayer !

Si vous avez aimé cet article et souhaitez progresser en photo, cliquez ici pour recevoir le guide « Devenez un meilleur photographe en 12 semaines ». Ce sont des exercices créatifs pour vous aider à progresser, et en plus c’est gratuit alors profitez-en ! 

Et si vous préférez profiter de cet article en vidéo :

Partager cet article :

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *