Comment (bien) sauvegarder ses photos ?

On a déjà parlé de comment faire pour récupérer des photos qu’on aurait perdues. Mais on est quand même d’accord que le mieux c’est de ne pas perdre les photos en premier lieu.

Dans cette vidéo on va parler de sauvegarde, ou de backup pour les anglophones. 

La photo c’est toute ma vie. C’est à la fois mon gagne-pain, mais c’est aussi le hobby qui occupe la plupart de mon temps libre. Perdre des photos, pour moi c’est dramatique. C’est déjà arrivé, j’en ai parlé dans cette vidéo-là. Et je mets désormais tout en place pour que ça n’arrive plus.

Pour ça il faut créer une méthode de sauvegarde efficace.

La méthode 3-2-1

Dans le monde de la sauvegarde, on parle beaucoup de la méthode 3-2-1.

L’idée de cette méthode, c’est de considérer qu’on doit au minimum : 

  • avoir trois copies différentes de ses fichiers.
  • sur au moins deux supports différents.
  • au moins un de ces supports qui doit être hors site. 

A quoi ça sert tout ça ? Ça sert à minimiser au maximum le risque de perte de données.

Si vous avez un disque dur qui foire, il vous reste une copie.

Si votre maison brûle et que tous vos disques durs brûlent, il vous reste une copie hors site (en général la copie hors site est mise dans un cloud).

Maintenant que vous comprennez la théorie, je vais vous expliquer en détail mon processus de sauvegarde. Vous allez voir que moi je vais encore plus loin que ce que demande la théorie.

Je suis pas en 3-2-1, je suis en 5-4-2 (!).

C’est-à-dire que j’ai 5 copies de tous mes fichiers, sur 4 supports différents dont 2 hors site.

Mon processus de sauvegarde

Evidemment, vous n’avez pas besoin de tout ça. Mes excès de sauvegardes montrent juste à quelle point je suis névrosé, mais c’est un autre sujet. 😂

Je vais tout de même vous expliquer ce que j’utilise et pourquoi, pour vous permettre ensuite de déterminer la méthode de sauvegarde la plus adaptée à vos besoins.

Je travaille sur mon ordinateur portable.
Mon catalogue Lightroom pro, mais aussi toutes les photos sur lesquelles je suis activement en train de travailler (pro + perso) sont sur cet ordinateur. Ce catalogue Lightroom, je le sauvegarde régulièrement sur deux disques durs externes (ce sont des Seagate Barracuda de 8To chacun) qui sont branchés à un dock.

Pour la sauvegarde, j’utilise un logiciel gratuit qui s’appelle SyncBackFree qui permet de créer des profils de sauvegarde entre différentes partitions de disque dur. Si on le souhaite, on peut programmer ces profils pour rendre le processus de sauvegarde automatique. On peut demander au logiciel de lancer une sauvegarde, tous les soirs ou toutes les semaines par exemple.

Les sauvegarde hors-site

Mais ces deux sauvegardes locales ne me suffisent pas. Si toutes nos sauvegardes sont au même endroit, on est vulnérable. Si mon immeuble brûle par exemple, je peux avoir autant de copies que je veux, si elles sont toute au même endroit tout part en fumée. Même chose si je me fait cambrioler.

Le deuxième souci, c’est quand on est nomade comme moi. Je passe beaucoup de temps sur les routes, presque deux mois loin de chez moi chaque été pour le boulot (ah, la vie de photographe de mariage…); et pendant ce temps je n’ai pas accès à mes disques durs de sauvegarde qui restent à la maison.

Pour contourner les risques de vol et d’incendie, j’utilise la sauvegarde hors site. C’est-à-dire qu’avant de partir en vacances, je prends un des deux disques durs externes avec toutes mes données, je l’emballe bien et je le confie à des copains qui n’habitent pas dans le même immeuble que moi (et oui, si mon appartement brûle il y a des chances que les appartement d’à côté brûlent aussi !).

C’est un premier pas, mais ça ne résout toujours pas les problèmes de sauvegarde quand je suis en voyage.
Pour ça j’utilise des sauvegardes sur le cloud. C’est-à-dire que je stocke mes données sur un serveur auquel je peux accéder à distance.

Des services de sauvegardes sur le Cloud il y en a plein. J’ai passé beaucoup de temps à comparer les offres pour déterminer ce qui était le plus adapté à mes besoins, et j’en ai retenu deux.

Je vais donc vous présenter les deux services que j’utilise (parce que oui, j’en utilise 2 !). Il n’y a pas besoin d’en utiliser deux dans l’absolu, encore une fois je suis un peu dans l’excès, mais je vous laisse l’espace commentaire pour me juger si ça vous fait du bien. 😉

Les sauvegardes Cloud

  1. Backblaze

Le premier cloud que j’utilise c’est un service qui s’appelle Backblaze.

C’est un Cloud qui sauvegarde automatiquement tout mon ordinateur, et ce en continu. C’est-à-dire que la totalité des fichiers qui sont disponibles sur mon ordinateur sont sauvegardés. Dès que j’en rajoute un ou dès que j’en modifie un, le nouveau fichier est téléchargé dans le cloud.

C’est très pratique, mais il y a aussi quelques inconvénients.
Déjà, le transfert des fichiers est très très lent. Maintenant que je rajoute uniquement quelques fichiers à la fois ce n’est pas un souci. Mais pour la sauvegarde initiale de tout mon ordinateur, quand j’ai dû télécharger plusieurs To de données, ça a pris plusieurs semaines de chargement en continu.

Mais surtout BackBlaze est comme un coffre fort dans une banque lointaine. On sait que notre argent (nos données) est en sécurité, mais ce n’est pas pratique d’aller les récupérer.

Chez Backblaze, on n’a pas d’accès facile à nos données, on ne peut pas les organiser à notre guise pour s’y retrouver facilement. On a accès aux fichiers, mais on ne peut pas les prévisualiser par exemple, ce qui rend laborieux la récupération d’une photo unique par exemple.

Donc c’est vraiment une sauvegarde pour avoir l’esprit tranquille. Pour pouvoir se dire “OK, toutes mes données sont sur le cloud, je peux dormir sur mes deux oreilles”. En revanche, ce n’est pas un outil du quotidien. On n’utilise pas BackBlaze pour stocker les données, mais pour les sauvegarder.

Ça reste un super outil, que je vous conseille de tester si le produit vous intéresse. A titre d’information, pour Backblaze je paye autour de 80€ par an.

2. Joomeo

Le deuxième service cloud que j’utilise c’est Joomeo, et cette fois c’est un Cloud dédié à la photo. 

Et d’ailleurs, Joomeo a eu la gentillesse de bien vouloir sponsoriser cet article ! Mais ça me fait plaisir parce que c’est vraiment un outil cool, hyper pratique et en plus cocorico 100% français.

Joomeo c’est un  cloud de sauvegarde dans lequel on peut stocker des photos et des vidéos dans plein de formats différents. On peut stocker du jpeg, du raw, du PSD, etc. et en vidéo du avi, du mp4, etc., bref tous les formats d’image les plus courants.

La grande force de Joomeo, c’est qu’on a très facilement accès à ses fichiers, de n’importe où et sur n’importe quel appareil, y compris sur le téléphone. On peut organiser ses photos comme on veut et les visionner directement sur la plateforme. Nos photos sont accessibles de partout, et il y a une fonction pour partager certains albums avec nos proches.

Quand je rentre d’un week-end avec des amis, je fais un album Joomeo et je le leur partage par mail en un clic.

En fait votre espace Joomeo c’est vraiment une extension de votre disque dur, au sens où vous pouvez organiser vos photos et y accéder de n’importe où. Et en addition, il y a la fonction partage qui en fait un outil super pratique pour diffuser son travail.

En plus de tout ça, Joomeo est partenaire d’un labo photo. On peut donc commander des tirages directement depuis son espace. Bref, c’est vraiment l’outil complet pour les photographes.

Joomeo a un plan gratuit pour 5 Go de stockage, c’est top pour essayer.  Mais avec 5 Go on ne va pas très loin, et après on paye en fonction de l’espace dont on a besoin. Par exemple pour 100 Go c’est 50 € par an.

Mais surtout, Joomeo m’a proposé de faire une offre spéciale pour mes abonnés, si vous vous inscrivez en utilisant le code NAPO-631311 vous avez 75% de réductions sur les différents plans. Attention l’offre n’est valide que 30 jours, ne trainez pas ! Et merci à Joomeo de soutenir mon travil.

Pourquoi deux Clouds ?

J’utilise les services de deux clouds parce que pour moi ils ont des utilités vraiment différentes.

Sur Backblaze je sauvegarde TOUT sans y penser. J’ai bien sûr toutes mes photos, mais j’ai aussi toutes mes vidéos YouTube et tous les différents fichiers qui composent les projets, j’ai toutes mes formations, tous mes documents perso,etc.

Bref, Backblaze c’est vraiment le bulldozer pour être sûr de ne rien perdre, mais c’est pas un stockage utilisable au quotidien.

Avec Joomeo, c’est tout l’inverse. Je l’utilise comme une extension de mon ordinateur au sens où j’ai accès à mes différents dossiers, que je peux les modifier et les organiser comme je veux. Je fais très souvent des galeries pour mes proches, dès que j’ai passé un week-end avec des copains et je partage la galeries avec les personnes concernées directement depuis mon espace

Joomeo c’est une philosophie hyper différente, qui s’intègre vraiment dans mon workflow au quotidien.

Donc les deux sont bien, ce n’est juste pas vraiment le même outil. Pour des grosses sauvegardes, des grosses quantités de données dans plein de types de fichiers différents, de manière automatique et sans y penser, Backblaze c’est le top.

En revanche,  si ce qui vous intéresse c’est plutôt la photo, et que vous voulez avoir accès aux images pour les partager facilement (ce qui est quand même un des buts de la photo !),  je pense que Joomeo sera plus adapté pour vous.

Mon 5-4-3 perso

Si on revient à mon processus de sauvegarde à moi et qu’on fait les comptes, je suis donc en 5-4-3

J’ai cinq sauvegardes de chacune de mes  photos, une sur mon ordinateur, une sur chacun de mes deux disques durs, une sur Joomeo et une sur Backblaze. Ça c’est le 5.

Ces sauvegardes sont sur quatre supports différents, ordinateur, disque dur, et deux Cloud qui sont situés dans deux pays différents. Ça c’est le 4

Et enfin ces photos sont dans 3 lieux différents minimum. Quand je suis chez moi, j’ai l’ordinateur et les disques durs à la maison, et les deux clouds dans deux lieux différents. Ça c’est le 3.

Et quand je pars en vacances c’est encore plus fort. Je dépose un de mes deux disques chez des amis, l’autre reste à la maison, et l’ordinateur portable vient avec moi. J’ai donc des sauvegardes dans 5 endroits différents et je passe en 5-4-5.

Si vous trouvez que c’est complètement exagéré vous avez sans doute raison. 😂

Mais ce n’est pas grave. J’assume. J’ai déjà perdu des photos qui étaient importantes pour moi, et je suis prêt à tout pour que ça n’arrive plus.

Perdre des photos, c’est TERRIBLE. Et ces photos, une fois qu’elles sont perdues, croyez-moi vous êtes prêts à payer des milliers d’euros pour les récupérer. Du coup je me dis qu’il vaut mieux mettre quelques dizaines d’euros en amont pour être sûr de ne pas les perdre. Logique ! 😉

Et le fait que je sois photographe professionnel change aussi la donne. Parce que dans ma tête je ne peux absolument pas me permettre de perdre des photos de clients, et du coup ça m’aide à justifier certaines dépenses, même si ce sont en pratique des doublons.

Ce que je vous conseille

Maintenant que je vous ai montré comment je procède pour sauvegarder mes images, qu’est-ce que je vous conseille de faire ?

Je vais me mettre dans la peau d’un photographe amateur qui pratique régulièrement et qui a autour de 100 Go de photos dans ses archives.

Le minimum ça serait d’avoir les photos sur votre ordinateur, en plus de ça une sauvegarde régulière sur un disque dur. Et si possible un Cloud en prime. Si vos besoin de sauvegarde portent essentiellement sur la photo, je partirais sur Joomeo pour la sauvegarde cloud, parce que c’est beaucoup plus pratique et plus flexible à utiliser au quotidien.

Et voilà vous êtes déjà en 3-2-1, trois copies, deux supports différents, un hors site sur le cloud.

Je n’insisterai jamais assez, ne négligez pas la sauvegarde ! Je connais des photographes dont le disque dur a brusquement cessé de fonctionner et qui ont perdu 10 ans de photos. Je rigole pas, dix ans ! C’est tellement triste.


Que ce soit votre travail perso et artistique, ou des photos de tous les jours qui sont les souvenirs de votre vie, la photo c’est trop précieux pour qu’on prenne le risque de tout perdre.

Vous n’êtes pas obligé d’être complètement dingue comme moi et de faire un 5-4-3, mais je pense qu’un 3-2-1 c’est vraiment le minimum. 😀

Le secret pour économiser ? Le tri !

Petit aparté pour finir, parce j’entends beaucoup de photographes dire “le stockage c’est cher” ou “les gros disques dur sont chers” ou “les service cloud c’est trop cher.”

Déjà je trouve que ce n’est pas très vrai par rapport à ce que ça apporte comme sécurité, mais ce n’est pas le sujet. 😉
Le secret pour payer moins cher son stockage, c’est tout simplement d’avoir moins de données à stocker ! Et pour stocker moins, il faut faire du tri. Si vous ne savez pas par ou commencer, je vous en parle dans cette vidéo.

Je garde en moyenne 10 % des photos que je prends. Le reste, je le garde quelques semaines pour en avoir le cœur net, mais au bout d’un moment je supprime. Si je gardais tous mes dossiers, ça me coûterait des milliers d’euros en cloud ! Mais en faisant beaucoup de tri et en ne gardant que ce qui est vraiment important, on se libère l’esprit et en plus on fait plein d’économie ! Sans compter que dans ce cas-là, ce qui est économique est aussi écolo : moins de photos à sauvegarder, c’est moins de disques durs à produire et moins d’énergie utlisée pour les serveurs cloud.

Donc triez vos photos, et sauvegardez les. S’il vous plaît. Je me rappelle la douleur que j’ai ressenti dans le passé quand j’ai perdu des photos, croyez moi ça vaut le coup d’être prudent.

Vous souhaitez aller plus loin ? Allez faire un tour sur la page « Les bases pour débuter » et consultez l’ensemble des articles pour bien débuter la photo.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez progresser en photo, cliquez ici pour recevoir le guide « Devenez un meilleur photographe en 12 semaines ». Ce sont des exercices créatifs pour vous aider à progresser, et en plus c’est gratuit alors profitez-en ! 

Démarrez une conversation