Tous savoir sur l’autofocus !

 

collimateurs et mise au point autofocus Apprenti photographe

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler un peu de mise au point. En effet, bien faire la mise au point est absolument essentiel pour avoir une photo parfaitement nette, mais ce n’est pas forcément aussi simple qu’il n’y paraît… Bref, pour maîtriser parfaitement la mise au point sur votre appareil, il faut comprendre un petit peu comment tout cela fonctionne.

 

 

1. Deux types de mise au point

Commençons par la base, il y a deux types de mise au point différentes. La mise au point manuelle (manual focus en anglais) et la mise au point automatique (autofocus en anglais, mais le mot est couramment utilisé en français également). Dans le premier cas, c’est le photographe qui fait la mise au point en tournant une bague sur l’objectif, et dans le second c’est l’appareil qui fait la mise au point automatiquement. Jusqu’ici c’est plutôt simple, non ?

collimateurs et mise au point autofocus Apprenti photographe

L’interrupteur sur les objectifs qui permet de passer de la mise au point manuelle à la mise au point automatique

 

2. Comment marche l’autofocus ?

Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques du fonctionnement de l’autofocus, mais en gros, il a besoin de lumière et de contraste pour fonctionner correctement. Sinon il n’arrive pas à accrocher, il patine sans arriver à déterminer la bonne distance de mise au point.

Que faire dans ces cas-là ?

  •         Chercher une zone plus lumineuse pour faire la mise au point (de nuit, je fais souvent la MAP sur les lampadaires !)
  •         Chercher une zone qui a du contraste pour faire la mise au point

Par exemple, si vous essayez de photographier un mur uniformément blanc, le manque de contraste va empêcher l’autofocus de faire son travail correctement. Cherchez une zone de contraste sur le mur comme un poster ou un interrupteur, et le focus se fera parfaitement. Il suffit de le savoir !

 

Petite mise au point (oui je sais, je fais des jeux de mots impressionnants 🙂 ):

Je devrais parler des autofocus et non de l’autofocus car les appareils utilisent deux types d’autofocus différents, l’autofocus à mesure de contraste et l’autofocus à contraste de phase. Mais ce sont des considérations techniques qui ne changent pas grand-chose dans la pratique, et tout ce que je dis dans cet article est valable pour les deux. Donc inutile de faire la distinction, ça ne rendrait les choses que plus compliquées. Pour en savoir plus sur le fonctionnement de l’autofocus cliquez ici.

 

3. Comment utiliser l’autofocus ?

Vous avez sans doute remarqué qu’il existe dans votre viseurs des petits rectangles répartis sur toute la surface du viseur (ou de l’écran si votre appareil n’a pas de viseur). C’est ce qu’on appelle des collimateurs, et ce sont en fait les endroits où l’appareil photo est capable de faire la mise au point.

Si vous regardez vos collimateurs de plus près, vous verrez qu’il en existe plusieurs types.

  •         Les collimateurs verticaux, qui utilisent les contrastes horizontaux pour faire la mise au point (ex : la ligne d’horizon entre la mer et le ciel).
  •         Les collimateurs horizontaux, qui utilisent les contrastes verticaux pour faire la mise au point (ex : le côté d’un building).
  •         Les collimateurs en croix (ou carrés), qui sont des collimateurs à la fois verticaux et horizontaux.

 

collimateurs et mise au point autofocus Apprenti photographe
Exemple de plan de collimateurs : on voit bien la différence entre les collimateurs verticaux, horizontaux et en croix (ici seul le collimateur central est en croix)

 

Vous l’aurez compris, les collimateurs les plus efficaces sont donc les collimateurs en croix. Le type et la répartition des collimateurs sont différents selon les appareils photo, mais sur les modèles récents, le collimateur central est toujours en croix. C’est pourquoi il est le collimateur le plus efficace pour faire la mise au point rapidement (sur les appareils haut de gamme il existe beaucoup plus de collimateurs en croix, mais sur les reflex entrée de gamme le nombre et le type de vos collimateurs correspond à peu près au schéma ci-dessus, avec uniquement le collimateur central qui est en croix).

Pour faire la mise au point, vous pouvez choisir vous-même le collimateur à utiliser pour faire l’autofocus à un endroit précis, ou vous pouvez laisser votre appareil photo choisir les collimateurs adaptés. Pour cela, il y a plusieurs réglages possibles. Je vous explique ça…

  •         Les collimateurs en Zone AF automatique : tous les collimateurs sont sélectionnés et l’appareil fait la mise au point à l’endroit qui lui paraît le plus logique, souvent sur l’objet le plus près de vous. C’est rapide et efficace, mais vous n’avez que peu de contrôle.
  •         Les collimateurs en Zone AF point sélectif : un seul collimateur est sélectionné manuellement, il est donc possible de choisir très exactement où vous voulez faire la mise au point. L’inconvénient, c’est qu’il n’est pas toujours facile de passer rapidement d’un collimateur à l’autre, sauf sur les appareils haut de gamme qui possèdent un petit joystick dédié.
  •         Les collimateurs en Zone AF dynamique (sur certains appareils) : on sélectionne un collimateur et la mise au point se fait grâce au collimateur sélectionné ainsi que ses plus proches voisins. C’est une sorte d’hybride entre les deux réglages précédents, mais pas très facile à maîtriser selon moi.

Personnellement, j’utilise toujours la Zone AF point sélectif. Je trouve important d’avoir un contrôle total de l’endroit où je fais la mise au point. En portrait par exemple, une mise au point faite sur le nez au lieu de sur l’œil fait la différence entre une photo réussie et une photo ratée. Je ne veux donc pas laisser l’appareil faire le travail à ma place, surtout que je suis fan de grandes ouvertures.

 

4. Les différents modes d’autofocus

Si vous fouillez un peu dans les menus de votre appareil, vous allez voir qu’il vous propose trois mode d’autofocus différents. Oula, ça commence à faire beaucoup de réglages juste pour l’autofocus ! C’est vrai, mais vous allez voir c’est assez simple à comprendre.

  • Le mode One Shot (ou AF-S) : c’est le plus simple, vous appuyez sur le déclencheur à mi-course et il verrouille la mise au point (et vous prévient avec un petit bip). Vous pouvez ensuite changer votre cadrage, tant que vous ne relâchez pas le doigt, la mise au point reste verrouillée.

 

  • Le mode Ai Servo (ou AF-C) : c’est le mode suivi du sujet. Quand vous appuyez sur le déclencheur à mi-course, il verrouille la mise au point. Mais si le sujet bouge, alors la mise au point se met à jour en continu tant que vous ne relâchez pas le doigt. De cette façon, si vous faites des photos en rafale de quelqu’un qui se rapproche de vous en courant, elles seront toutes nettes (c’est la théorie, en pratique il y a souvent des ratés 🙁 ). Attention à maintenir le collimateur sélectionné sur votre sujet en mouvement pour que l’autofocus suive.

 

  • Le mode Ai Focus (ou AF-A) : C’est un mélange des deux, c’est-à-dire un autofocus One Shot qui se transforme en autofocus Ai Servo quand le sujet se met en mouvement. C’est un mode dédié aux sujets dont les mouvements sont imprévisibles.Personnellement, je ne l’utilise jamais car je n’ai pas l’impression qu’il soit très efficace. Cela doit bien entendu dépendre des boîtiers et de leur technologies, alors prenez quand même le temps d’essayer sur votre appareil, vous aurez peut-être une bonne surprise !

 

Comme d’habitude, je n’aime pas laisser le boîtier décider pour moi, et je choisis donc le One Shot presque tout le temps, et le Ai Servo de temps à autre.

 

5. La technique de Lucky Luke, l’homme qui faisait la mise au point plus vite que son ombre !

D’un appareil à l’autre, mais aussi d’un objectif à l’autre, la vitesse de l’autofocus varie énormément. Certains objectifs sont capables de faire la mise au point bien plus rapidement que d’autres. Cela est dû entre autre à leur mode de motorisation (c’est un petit moteur qui commande la mise au point – certains moteurs sont plus rapides que d’autre, bien évidemment les plus chers…) et à la qualité de la construction.

La plupart du temps, le collimateur central est le plus rapide pour faire la mise au point (rappelez-vous, il s’agit d’un collimateur en croix). Du coup quand je veux aller très vite, je fais ma mise au point avec le collimateur central en appuyant à mi-course, puis je recadre comme souhaité sans relâcher le doigt du déclencheur. Cela évite de devoir perdre du temps à choisir le bon collimateur.

Attention, sur les sujets en mouvement rapide, cela ne marche pas et la mise au point est souvent ratée. Je conseille également d’utiliser une profondeur de champ pas trop faible pour compenser le très léger décalage que cette technique peut engendrer (à f/1.4, le moindre millimètre de décalage est fatal !).

Selon moi, c’est vraiment la méthode la plus rapide, en tout cas quand l’appareil n’a pas de joystick et que la sélection des collimateurs est fastidieuse…

 

Voilà un aperçu de cet outil indispensable qu’est l’autofocus. Vu comme ça, on a l’impression que ça fait beaucoup de choses à régler mais c’est en fait assez simple ! Prenez le temps d’essayer les différents modes pour bien comprendre comment ils fonctionnent. Puis prenez l’habitude de laisser en permanence votre réglage préféré pour ne pas avoir à vous replonger dans les menus dès que vous voulez prendre une photo !

 

Pour ma part, mon réglage de base est le suivant :

–          Les collimateurs sont en Zone AF point sélectif

–          L’autofocus est en mode One Shot

–          Le collimateur central est sélectionné

 

De cette manière, je n’ai pas de mauvaises surprises et je ne suis pas perdu dans des réglages différents dès que je prends mon appareil.

Les seules modifications que je fais à ces réglages, c’est que je change souvent de collimateur pour une mise au point plus précise et je passe de temps en temps en mode Ai Servo si la situation l’exige, notamment en vidéo.

 

Si vous avez aimé cet article et souhaitez progresser en photo, cliquez ici pour recevoir le guide « Devenez un meilleur photographe en 12 semaines ». Ce sont des exercices créatifs pour vous aider à progresser, et en plus c’est gratuit alors profitez-en ! 🙂

 

Pour ceux qui veulent mieux comprendre ma méthode pour faire la mise au point rapidement, j’ai fait une petite vidéo sur le sujet :

Partager cet article :

Un commentaire

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *