La photo de nuit

La photo de nuit Apprendre la photo Apprenti photographe

Se balader la nuit offre de superbes possibilités de photo. La nuit tout semble différent, les lumières et les ombrent créent une atmosphère un peu fantomatique, et en plus les rues sont souvent désertes. Bref, ça vaut le coup d’essayer de photographier la nuit ! 😊

Mais la très faible luminosité oblige à s’adapter et à connaitre quelques petites astuces pour faire des photos correctes. Dans cet article, je vous donne tous mes petits trucs pour des photos de nuit qui claquent !

 

Comment bien exposer une photo de nuit ?

La première question à se poser, c’est comment faire pour avoir une photo bien exposée. Forcément, il fait nuit, il y a très peu de lumière, et si on n’adapte pas nos réglages, la photo sera juste toute noire. Si vous avez bien compris comment fonctionne le triangle d’exposition, il y a trois manières d’augmenter l’exposition d’une photo en faisant entrer plus de lumière : augmenter le temps de pose, augmenter l’ouverture, ou augmenter les ISO.

(Il existe une quatrième possibilité, celle de rajouter une source externe de lumière comme un flash, mais je ne vais pas en parler dans cet article car je prévois un article spécifique sur la photo au flash très bientôt !)

La photo de nuit Apprendre la photo Apprenti photographe

 

  • Augmenter les ISO : C’est possible, jusqu’à un certain point. Comme on l’a vu dans l’article sur la sensibilité ISO, si on augmente trop les ISO, il y aura du bruit numérique sur la photo. En plus le bruit se voit surtout dans les zones sombres d’une photo, et si on fait une photo de nuit, on va avoir plein des zones sombres ! Bref, augmenter les ISO n’est pas forcément la bonne solution, en tous cas, ce n’est pas suffisant…
  • Augmenter l’ouverture : C’est pratique pour faire entrer plus de lumière et bien exposer la photo, mais une grande ouverture veut dire une profondeur de champ faible. Ce ne sera pas un problème si on fait du portrait, mais si on veut prendre en photo une scène de rue ou un paysage urbain, c’est dommage de ne pas avoir toute sa photo nette. Ce n’est donc pas non plus une super solution pour la photo de nuit…
  • Augmenter le temps de pose : Vous l’avez déjà deviné, si les autres solutions ne sont pas adaptées, cette dernière solution sera donc la plus pratique. En augmentant le temps de pose, on va pouvoir prendre des photos avec une grande profondeur de champ et un valeur d’ISO pas trop haute. C’est la solution miracle !

 

Enfin bon, solution miracle, ne nous emballons pas trop vite non plus ! Car pour avoir une photo nette avec un temps de pose long, il faut que l’appareil soit absolument immobile (je vous invite à aller lire l’article sur la vitesse d’obturation si cette notion n’est pas encore complètement claire pour vous). On va donc avoir besoin d’un trépied.

Je vous rassure, si vous ne possédez pas de grand trépied et souhaitez essayer quand même, il est tout à fait possible de trouver d’autres solutions : bean bag, banc public ou autre mobilier urbain, petit trépied qui se glisse dans la poche , pile de livre, etc. Le tout est de trouver un moyen de poser son appareil sur un endroit suffisamment stable pour qu’il soit absolument immobile pendant quelques secondes.

 La photo de nuit Apprendre la photo Apprenti photographe

Cette photo a été faite avec un trépied. On voit bien que le temps de pose long (1/3 sec.) floute les éléments en mouvement (ici une voiture)

 

La photo de nuit : mode d’emploi

Maintenant qu’on a décidé comment on allait s’y prendre, voici pas à pas comment procéder pour faire de la photo de nuit.

  1. Choisir son cadrage. La photo de nuit étant (souvent) dépourvue de personnages, il est d’autant plus important de choisir soigneusement son cadrage. Pour cela, on garde en tête que l’œil est attiré par les point les plus lumineux d’une photo. C’est l’occasion de jouer avec les enseignes commerciales et autres sources lumineuses originales.
  2. Régler son appareil photo. Ici je vous expose ma méthode, mais il y en a d’autres. Je me mets en mode manuel, et je choisis une petite ouverture pour maximiser la profondeur de champ (entre f/8 et f/16). Pour ce qui est des ISO, je mets une valeur assez basse (entre 100 et 800) car les poses longues ont tendance à créer du bruit numérique – et on ne veut pas rajouter à ça le bruit numérique de la montée en ISO. Pour ce qui est de la vitesse d’exposition, je fais quelques tests pour déterminer la vitesse adaptée. Je commence avec une seconde de temps de pose : si la photo est noire j’augmente, sinon je diminue jusqu’à trouver la bonne vitesse. Mon but n’est pas d’avoir une photo exposée normalement, c’est normale qu’une photo de nuit soit sombre. Le tout est de trouver le bon équilibre entre les zones sombres et les sources lumineuses pour ne pas « cramer » les points clairs.
  3. Positionner son appareil. Si vous avez un trépied, c’est le moment de le positionner. Sinon, trouvez un banc ou un muret pour poser votre appareil. L’important est que le montage soit parfaitement stable. En cas de vent fort, faites particulièrement attention, utilisez votre sac ou des pierres pour lester le bas du trépied et éviter qu’il bascule (histoire vécue, malheureusement 🙁 )
  4. Déclencher. Si vous déclenchez directement en appuyant sur le déclencheur de votre appareil, vous risquez de faire bouger légèrement votre boitier. Il y a deux solutions pour éviter ça, on peut utiliser une télécommande infrarouge (comme celle-là, un peu pourrie mais vraiment pas chère !) pour déclencher à distance, ou bien mettre le retardateur pour laisser à l’appareil le temps de se stabiliser avant de déclencher.
  5. Recommencer. Bah oui, c’est tout de même un exercice assez délicat, c’est rare que j’aie une photo qui me plaise dès le premier essai ! Donc j’ajuste mes réglages et je recommence.

La photo de nuit Apprendre la photo Apprenti photographe

 

La nuit offre des perspectives vraiment sympas en photo. On peut par exemple faire des silhouettes si on a une source lumineuse assez importante. On peut aussi créer un effet de mouvement des éléments mobiles grâce à la pose lente. Ou enfin on peut créer de jolis effets étoilés en fermant bien le diaphragme. Si le sujet vous plait, je ferai un second article sur le sujet !

 

Et voilà, vous avez de quoi vous débrouiller pour faire vos premières photos de nuit ! Comme d’habitude, je vous conseille de pratiquer, il n’y a pas de meilleur moyen de progresser 😊 Profitez de l’hiver et de la nuit qui tombe à 17h30 pour vous balader dans votre quartier et faire quelques photos…

 

(Je n’ai pas abordé ici le sujet de la photo d’étoile et de la voie lactée. C’est une technique très particulière et j’en parlerai bientôt dans un article dédié !)

 

Pour ne pas rater les prochains articles sur le sujet, vous pouvez vous abonner au blog. En bonus, si vous souhaitez progresser en photo, cliquez ici pour recevoir le guide « Devenez un meilleur photographe en 12 semaines ». Ce sont des exercices créatifs pour vous aider à progresser, et en plus c’est gratuit alors profitez-en !

Partager cet article :

4 commentaires

  1. C’est vrai que la pratique de la photo de nuit est vraiment sympa. Pour son ambiance, sa tranquillité et surtout pour comprendre la lumière. Faire l’exercice de la photo de nuit est un très bon entrainement pour comprendre la lumière.
    Pour rajouter une petite chose que j’utilise souvent en photo de nuit mais qui dépend du sujet photographié: c’est l’utilisation du mode Spot pour la mesure de lumière.
    Il permet de faire cette mesure de manière plus précise sur une zone en particulier (entre 3 et 5% de l’image) plutôt que sur la totalité. 😉
    Comme il y a pas mal de zone d’ombres, il est parfois plus pratique de se concentrer uniquement sur la zone éclairée pour correctement l’exposer.

    1. C’est vrai, c’est utile si on reste en mode auto ou semi-auto et que l’appareil a besoin de mesurer la lumière. Personnellement la nuit je suis plutôt en manuel (c’est même le seul moment ou je l’utilise ce mode manuel ! 🙂 ) et je m’occupe donc moi même de l’exposition.

  2. Article très intéressant

    Ne pas hésiter à utiliser le bracketing ou la correction d’exposition car je constate que les appareils ont tendance à surexposer les photos de nuit (ce qui semble logique…). En fermant jusqu’à 1 dipah Vs l’expo préconisée, car permet :
    1.d’augmenter la vitesse d’obturation (donc la stabilité y gagne)
    2. d’avoir un contraste qui me semble plus naturel (des blancs moins « crâmés ») notamment.

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *